Skip to content

Présentation de mes travaux généalogiques. Les ascendants de mon grand père, René Alfred Roux (1912-1955). En Lozère et plus spécialement la région de Villefort. Sur cette page les articles dans l'ordre de publication (Consultez le menu pour une recherche spécifique)

Jean Pierre Roux (1845-1927)

signature jean pierre roux 1872Jean Pierre est né le 8 octobre 1845 à Pourcharesses Hautes, 6 ème et dernier des enfants de Pascal Roux et Marie Rocher. Il a 18 ans lorsque son père décède, son seul frère,Jean Baptiste, décède lui aussi assez jeune à l’âge de 32 ans en 1868.

C’est donc à lui de reprendre la maison familiale.

Il se marie en 1872 à Cubières avec Marie Gilles, il est porté sur l’acte que Jean Pierre est Cultivateur. De ce mariage va naitre 6 enfants (2 fils dont Jean Pierre mon Arrière Grand Père en 1882).

Il est probable que les travaux de  percement du tunnel de l’Albespeyres et les travaux de la voie de Chemin de Fer Villefort – La Bastide, ont provoqué un exode rural assez important. Dès 1874 sur l’acte de naissance de sa première fille, il est marqué que Jean Pierre est Poseur de chemin de fer.  C’est donc avec lui que se termine la lignée des paysans cultivateurs des Roux

Il quittera Pourcharesses certainement vers la fin de sa vie, puisqu’il est mort en 1927 à l’âge vénérable de 82 ans à Bayard tout proche.

Le tunnel de l’Albespeyres

Le tunnel de l’Albespeyres situé au lieu dit du même nom, commune de Prévenchères (48), entre les gares de Villefort et La Bastide est un tunnel ferroviaire sur la ligne des Cévennes de la Compagnie PLM (Paris Lyon Méditerranée), cette ligne permettait une liaison entre le centre de France (Clermont Ferrand) et le sud (Nîmes et Ales).

Cette portion de ligne et les nombreux ouvrages nécessaires (viaduc, tunnel…) sont  l’oeuvre de l’ingénieur en chef de la PLM, Charles Dombre.

Les travaux ont commencé vers 1865 et ont duré 3 ans.

ouvrier mineur vers 1900 Carte postale, circa 1900. FPE 1801 (63) – Médiathèque de Saint-Etienne. http://www.memoireetactualite.org

ouvrier mineur vers 1900 Carte postale, circa 1900. FPE 1801 (63) – Médiathèque de Saint-Etienne. http://www.memoireetactualite.org

Mon ancêtre Jean Pierre Roux (1845-1927), a certainement quitté la petite ferme de pourcharesses et avec lui ses descendants à cette occasion car ces constructions nécessitaient une main d’oeuvre importante. Je retrouve des actes ou il est mentionné comme étant cultivateur et d’autres « poseur de chemin de fer ».

Ariste Viguié  a réalisé une visite de cette nouvel ligne, en 1869, il rédige son compte rendu et le présente (on peut trouver ce texte sur le site Gallica), voici quelques extraits :

Quand un grand chantier s’ouvre, qui nécessite la présence d’un grand nombre d’ouvrier 500,800,1000 comme un tunnel, alors il s’improvise un village comme ceux que nous avons vus à Albespeyres et à Prévenchères. Ces constructions, éphémères et destinées à disparaître après les travaux sont l’oeuvre des cantiniers qui logent et nourrissent les ouvriers. Généralement les ouvriers sont logés chers et mal. Les ouvriers mineurs travaillent 8 heures de suite, à peu près sans intervalle de repos, ils gagnent 5 francs. Les autres ouvriers travaillent 12 heures, il n’y a pas de paye inférieur à 3,50 francs. Il y a bon nombre de travailleurs qui font des économies notables, s’ils sont sages et rangés. D’autres , au contraire, sont l’imprévoyance même; ils ne se plaisent que dans cette vie errante, pénible et dissipée; ce sont les bohèmes du travail.

Parlons un peu plus du tunnel en lui même, 1500 mètres de long et creusé dans le granit, chaque mois le percement se prolonge de 8 mètres par attaque. Le tunnel a couté 2 millions de Francs. Les opérations sont analogues à l’extraction du charbon mais ce qui rend la tache beaucoup plus difficile, c’est le manque d’aération.

Tunnel de l'Albespeyres et usine d'aération.

Tunnel de l’Albespeyres et usine d’aération.

Mais une fois la mise en service, il s’avéra que l’aération restait toujours un point noir car la fumée dégagée par les locomotives etouffait les cheminots, provoquait des évanouissement, une usine d’aération fut donc construite en 1904, elle resta en fonction jusqu’aux années 50.

Panneau rare signalisation source http://forum.e-train.fr

signal rare  source http://forum.e-train.fr

Désormais plus de chemin de fer à vapeur mais il semblerait qu’aujourd’hui encore cet endroit soit réputé pour son manque d’air et les risques pour le fonctionnement des moteurs d’ou ce signal très rare qui autorise le conducteur à faire marche arrière en cas de problème.

Pascal Roux (vers 1793-1863)

deces pascal rouxPascal est né vers 1793, pas de date précise (cf un article précédent : un acte de mariage bien difficile à exploiter ), fils de Jean Roux (1754-1825) et de Marianne Boisset, je perds la trace de ses deux frères ainés Jean Baptiste Roux né en 1783 et Jean Pierre  Roux né en 1787, ses autres frères joseph Hyacinthe (1796-1825) et Jean Baptiste Roux (1805-1841) sont morts jeunes et sans postérité. C’est donc certainement lui qui reprend l’exploitation familiale, il est mentionné comme étant cultivateur au moment de son mariage.

Il se marie en 1829 avec Marie Rocher du Crouzet à Prévénchères (environ distant de 6 km), il est assez âgé lors de son mariage (36 ans environ) son épouse à elle 25 ans. De cette union vont naitre 6 enfants dont 1 mort né, dont deux fils Jean Baptiste Roux (1836-1868) et Jean Pierre Roux (1845-1927), le dernier né, mon ancêtre.

Détail curieux Pascal est le seul dans la lignée à ne pas savoir signer son nom, son ancêtre Jean Roux né 130 ans plus tôt, lui le savait! Faut il y voir un signe de paupérisation ou tout simplement d’un accès plus difficile à l’enseignement ??

Il décède en 1863, dernier de la lignée des Roux à mourir à Pourcharesses Supérieures.

Pages à consulter : Patronyme Roux, lieu Pourcharesses.

Pourcharesses

Pourcharesses est une commune située dans le département de la Lozère (région du Languedoc-Roussillon). La ville de Pourcharesses appartient au canton de Villefort et à l’arrondissement de Mende. Elle dépendait de la Paroisse de Villefort et avant la révolution les actes de baptêmes sont à chercher non pas à Pourcharesses mais à Villefort. Pendant 200 ans mes ancêtres Roux ont vécu là, à Pourcharesses Supérieures pour être plus précis. (cf Carte et Repère Rouge).

Carte de Pourcharesses (48)

Carte de Pourcharesses (48)

Du hameau de Pourcharesses Supérieures il ne reste que des ruines mangées par la végétation, mauvaises herbes et les châtaigniers bien évidement puisque c’était une des principales ressources de cette région. Eté 2012, j’y ai pris quelques photos pour ceux que cela intéresse.

Pourcharesses Hautes

Pourcharesses Hautes

pourcharesses hautes 2

Je n’ai aujourd’hui aucune informations historique sur le hameau. Si l’un d’entre vous en connait un peu plus je suis preneur… Bien que cela soit évident, le nom de Pourcharesses est bien sur un dérivé de Porc et Porcherie, on peut supposer que l’élevage de cochons devait être présent.

Certains des autres Hameaux qui composent Pourcharesses sont un peu plus connus car ils conservent quelques vestiges

Il s’agit du Castanet et de son Château, de Morangies avec sa tour en Ruine, vestige des Morangies seigneurs locaux…

A noter juste à proximité le fameux tunnel SNCF de l’Albespeyres, c’est certainement son percement et les travaux du chemin de Fer qui ont du nécessiter beaucoup de main d’oeuvre et la cause de l’abandon de ce hameau par ma famille dans les années 1870 environ.

Un acte de mariage bien difficile à exploiter

1829 pourcharesses mariage de pascal roux et marie rocher 1bis

Cet acte de mariage m’a causé bien des difficultés et m’a rendu un peu perplexe, je souhaitais en parler pour montrer qu’une recherche généalogique, c’est beaucoup de doutes et d’interrogations et peut être que l’un d’entre vous à déjà été confronté à cela ?

Titre de l’acte :  Mariage entre Hyacinthe Joseph Roux et Marie Rocher le 13 février 1829 à Pourcharesses.

Alors que nous dit cet acte :

Il est comparu Hyacinthe Joseph Roux surnommé  Pascal, cultivateur, âgé de 33 ans né à Pourcharesses le 2 Ventose an IV, (le 21 février 1796) fils de jean Roux et Marianne Boisset.

Je trouve l’acte de naissance toujours pas de problème et puis soudain je tombe sur le mariage de Hyacinthe Joseph Roux (né le 2 ventose an IV fils de Jean Roux et Marianne Boisset) avec Anne  Saint Jean à Prévenchères le 25 Octobre 1819, je me dis tiens mon ancêtre a du se marier 2 fois la première épouse ayant du mourir, et la en cherchant ce décès je tombe non pas sur l’acte de décès de Anne Saint Jean mais sur celui de Hyacinthe Joseph Roux le 25 janvier 1825 !!??!!.

Comment mon ancêtre a t’il pu mourir avant d’être marié et d’avoir des enfants ????

Hypothèse : la naissance de Pascal Roux n’a jamais été enregistrée dans les registres (naissance vers 1790 époque un peu troublée) , et l’officier de l’état civil pour établir l’acte de mariage a utilisé l’acte de naissance d’un de ses frères. Hyacinthe Joseph étant décédé  ce n’est pas lui qui allait causer des problèmes et cela évite les complications  !!! lol

Continuons la lecture de cet acte.

1829 pourcharesses mariage de pascal roux et marie rocher 2et Marie Rocher 25 ans 6 mois née au Crouzet la Garde (nota Prévenchères) le deux Thermidor an XII (21/07/1803), fille majeure et légitime à feu Antoine Rocher décédé à Pourcharesses le 27 Août et de Rose Laurans décédée au même lieu de Pourcharesses le 2 Novembre le tout de l’année 1811.

Pas de soucis pour l’acte de naissance de Marie excepté le fait qu’il s’agit du 21/07/1804 et non 21/07/1803 (erreur de conversion de calendrier). La ou les choses se « gâtent » c’est lorsque je consulte les actes de décès de ses parents. A la date du 28 Août 1811 je trouve bien l’acte de décès de Antoine Rocher mais il stipulé marié non pas à Rose Laurans mais à Marie Barrot ??!!??

et pire encore à la date du 2 Novembre 1811, je trouve l’acte de décès non pas de Rose Laurans mais toujours de cette Marie Barrot ??!!!

Alors Antoine Rocher s’est t’il remarié et la encore l’officier de l’état civil n’a pas voulu s’embêter lorsqu’il a vu sur l’acte de naissance de Marie Rocher que sa mère était Rose Laurans et non pas Marie Barrot et il a fait comme si … ???

là encore comme les parents étaient mort eux aussi ….

Jean Roux (1754-1825)

signature jean roux 1754 1825Jean est né à Pourcharesses Supérieures le 31 août 1754. Il est fils de Jean Roux (1724-1783) et Anne Souchon. C’est le deuxième dans la fratrie son frère ainé Jean Pierre s’est marié avec Jeanne Barthelemy, mais il y a certainement eu un déménagement, car je perds toutes traces de lui et de ses enfants après le décès de sa femme en 1781.

Jean a donc certainement repris la ferme familiale de Pourcharesses, puisque ces autres frères partent (vers villefort ou Pied de borne). Il se marie en 1782 à Chasserades, il a 24 ans son épouse Marianne Boisset 16 ans. Chasserades est située à 12 km environ de Pourcharesses. Ils vont avoir 10 enfants (5 garçons 5 filles). L’ainé Jean Baptiste, fin 1783 et la petite dernière Marie Emilie née en 1815 (elle meurt à l’âge de 6 ans).

Jean vit durant une période troublée (la révolution), les recherches d’ailleurs se font à partir de 1792 sur Pourcharesses et non plus sur la paroisse de Villefort. Il exerce la profession de cultivateur. C’est un de ces fils cadets qui va reprendre la suite, Pascal Roux (vers 1793-1863).

L’épouse de Jean, Marianne Boisset décède en 1815 à l’âge de 49 ans certainement des suites de son accouchement (7 jours après), une grossesse à cet âge (49 ans) est risquée à cette époque !!!! Jean devient veuf. Il décédera à son tour à son domicile de Pourcharesses 10 ans après en 1825, à l’âge de 71 ans.

Pages à consulter : Patronyme Roux, lieu Pourcharesses.

Jean Roux (1724-1783)

signature jean roux mari anne souchonJean est né le 04 Avril 1724 à Pourcharesses Hautes, il est fils de Jean Roux (1696-1771) et de Marguerite Michel. Il se marie en 1745 à l’âge de 21 ans avec Anne Souchon âgée de  16 ans originaire de Pourcharesses Hautes également. il est très certainement cultivateur. De cette union va naitre 9 enfants (5 garçons et 4 filles) l’ainé Jean Pierre en 1748, Jean Roux (1754-1825) mon ancêtre et  la benjamine Jeanne en 1766. Jean décédera chez lui à Pourcharesses en 1783 à l’âge de 58 ans.

Pages à consulter : Patronyme Roux, lieu Pourcharesses.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.